Temps : Différence entre versions

De UMMO WIKI
Aller à : navigation, rechercher
(image)
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
{{lettre|D41-15|''(1966)'' On ne peut concevoir '''le temps''' s'il est dissocié des autres magnitudes.}}
 
{{lettre|D41-15|''(1966)'' On ne peut concevoir '''le temps''' s'il est dissocié des autres magnitudes.}}
  
[[Fichier:UIWIUTAA.png|thumb|250px|'''UIWIUTAA''' (flèche ou sens orienté du '''temps''')]]
 
 
{{lettre|D41-15|[[Notre Cosmos]] est ce que vous appelez un [[continuum espace-temps]] (il nous a fallu 10 [[dimensions]] pour le définir mathématiquement). Nous pourrions spéculer en lui attribuant une infinité de dimensions mais nous ne sommes pas en mesure de le prouver. De ces dix dimensions, [[Espace à trois dimensions|trois]] sont perceptibles par nos organes sensoriels et une quatrième - LE '''TEMPS''' - est perçue psychologiquement comme un ''flux continu dans le sens unique'' que nous appelons '''UIWIUTAA''' (flèche ou sens orienté du '''temps''').}}
 
{{lettre|D41-15|[[Notre Cosmos]] est ce que vous appelez un [[continuum espace-temps]] (il nous a fallu 10 [[dimensions]] pour le définir mathématiquement). Nous pourrions spéculer en lui attribuant une infinité de dimensions mais nous ne sommes pas en mesure de le prouver. De ces dix dimensions, [[Espace à trois dimensions|trois]] sont perceptibles par nos organes sensoriels et une quatrième - LE '''TEMPS''' - est perçue psychologiquement comme un ''flux continu dans le sens unique'' que nous appelons '''UIWIUTAA''' (flèche ou sens orienté du '''temps''').}}
  

Version actuelle datée du 11 juin 2019 à 08:32

Le temps selon les Ummites.

Lettre D41-15
(1966) On ne peut concevoir le temps s'il est dissocié des autres magnitudes.
Lettre D41-15
Notre Cosmos est ce que vous appelez un continuum espace-temps (il nous a fallu 10 dimensions pour le définir mathématiquement). Nous pourrions spéculer en lui attribuant une infinité de dimensions mais nous ne sommes pas en mesure de le prouver. De ces dix dimensions, trois sont perceptibles par nos organes sensoriels et une quatrième - LE TEMPS - est perçue psychologiquement comme un flux continu dans le sens unique que nous appelons UIWIUTAA (flèche ou sens orienté du temps).

Symbole

S21-3.gif

Commencement

Lettre D41-15
Au début nos deux cosmos jumeaux, WAAM (le nôtre) et l'UWAAM (nôtre jumeau) étaient définis par un WAAMIAAYO (difficile de traduire: point ou origine d'une seule coordonnée qui serait précisément le temps). WOA a créé successivement le reste des dimensions mais n'interprétez pas ce "successivement" comme une succession temporelle ou spatiale, mais comme une relation "achrone ordinale", c'est-à-dire "ordonnée" en dehors du temps.

Perception psychologique

Lettre D59-3
(1967) L'écoulement du temps entraîne pour l'OEMII une perception de type psychologique. C'est une autre de nos illusions. Au sein de notre organisme se produit tout une série complexe de phénomènes périodiques, de la circulation sanguine jusqu'à des processus tel que le métabolisme des graisses. Si nous fermons les yeux, nous continuons à percevoir que le TEMPS s'écoule grâce à la rythmicité périodique de ces milliers de phénomènes physiologiques.

Concept sur Terre

Lettre D59-3
Mais le concept de temps pour le physicien de la Terre diffère fortement de la perception analysée par les psychobiologistes. Vous considérez le TEMPS comme une dimension, du moins est-il ainsi accepté par les adeptes de la théorie relativiste d'EINSTEIN.

Concept sur Ummo

Lettre D59-3
Notre concept de TEMPS présente sans aucun doute des facettes nouvelles qui vous sont inconnues.

Pas une dimension ou continuum

Lettre D59-3
En premier lieu nous ne pouvons considérer le TEMPS comme une dimension ou continuum, tel que vous le concevez. Ce n'est pas que le temps soit quantifié ; c'est qu'entre autres choses on ne peut concevoir un instant comme un point dans l'axe du temps. L'intervalle (dt), bien qu'il puisse tendre vers zéro, nous ne pourrions jamais le concevoir aussi petit que nous le voudrions.

Intervalle de temps : succession d'IBOZOO UU

Lettre D59-3
[...] nous définissons un intervalle de temps ΔT comme une succession d'IBOZOO UU dont les IOAWO ["axes"] diffèrent entre eux de quantités constantes (S59-f26).
S59-f26.jpg (S59-f26)

C'est-à-dire que nous considérons dans un IBOZOO UU les quatre "axes" (OAWOO) (faites attention au véritable concept d'OAWOO) que nous appelons OAWOO UXGIGII car ils représentent le cadre tridimensionnel de référence (S59-f27). OAWOO UXGIGII qui en réalité n'existent pas car ils sont aussi conventionnels qu'un symbole, mais ils servent au mathématicien pour fixer la position du OAWOO réel. Si l'OAWOO (U fléché) réel oscille à l'intérieur de ce cadre idéal, imaginez maintenant un nouveau système référentiel de deux OAWOO UXGIGII, chacun d'eux formant 90° avec les quatre antérieurs (Voir S59-f27)

S59-f27.jpg (S59-f27)

Ce nouveau cadre d'action d'un OAWOO (T) réel et ceux antérieurement définis, définissent respectivement l'ESPACE et LE TEMPS (S59-f28) :

S59-f28.jpg (S59-f28)

L'instant (UIWIIOO)

Lettre D59-3
Observez que les OAXOO (AXES VECTEURS) définissant l'ESPACE ET LE TEMPS possèdent des degrés de liberté distincts. Le premier peut parcourir IOAXOO (Angles-Espace) dans les trois orientations différentes qui correspondent aux trois dimensions typiques de l'ESPACE, le second étant "astreint" à se déplacer sur un seul plan.
S59-f29.jpg (S59-f29)
Deux IBOZOO UU dont les axes OAXOO T1 et T2 diffèrent par un angle tel qu'il N'EXISTE PAS dans le WAAM un autre IBOZOO UU dont le T est situé entre les deux, définiront le plus petit intervalle de TEMPS. Nous appellerons cet intervalle UIWIIOO (INSTANT) (59-f29).

Flux du temps

Lettre D59-3
En quoi consiste le flux du temps ? Cet écoulement est-il une illusion ?

Exemple d'un fruit

Lettre D59-3
Prenons un objet quelconque : un fruit. Même si nous n'avons pas encore développé le concept des sousparticules atomiques, nous avons par contre déjà suggéré dans d'autres documents que chacun des composants atomiques est en réalité un IBOZOO UU. Le fruit sera composé d'eau, d'hydrate de carbone, de protéines et d'autres composants chimiques et organiques. A chaque fois ceux-ci sont constitués de NIIO A (atomes) et ceux-ci par des sousparticules: chacune d'elles est un IBOZOO UU avec ses OAXOO (axes) orientés d'une manière particulière.

Quand nous mesurons sur notre montre un intervalle d'une microseconde, l'orange que nous avons dans la main est-elle identique à celle que nous tenions l'instant d'avant ? Est-ce la même ? Un chimiste de la Terre dira: en réalité ce n'est pas la même car en son sein, dans ses cellules le processus de métabolisme a modifié ses caractéristiques.

Le physicien dira : NON, ses électrons varieront de position au sein des orbites (ndt "orbitales"). Mais si nous lui demandons maintenant si ces électrons, qui ont une position différente, sont les mêmes qu'auparavant ; il répondra peut-être : Oui. Mais c'est une erreur : il s'est produit un saut de l'IBOZOO UU qui avant représentait l'électron E1 de l'orbital O1 de l'atome A1 et ce n'est plus le même.

Exemple d'ampoules électriques

Lettre D59-3
Un profane en physique comprendra mieux avec cet exemple. Imaginez un cadre formé par une mosaïque d'ampoules électriques (S59-f30).
S59-f30.gif (S59-f30)

A l'instant t1 étaient allumées les ampoules pour former un A majuscule. Mais un instant après, t2, le A semble s'être déplacé. Le A est le même mais ses composants ont varié. On a éteint des lampes pour en allumer d'autres. L'illusion de continuité est la même, mais le A semble "s'écouler" le long de la mosaïque de lampes.

S59-f31.jpg (S59-f31)
Dans le dessin, la seconde lampe ne s'est pas encore éteinte que commence à s'allumer la suivante. (S59-f31) ; l'électron Eb de la seconde lampe de notre exemple, qui n'était qu'un IBOZOO UU, devient un instant après l'électron Ec de la troisième.

Concept de « maintenant »

Lettre D59-3
Si on considère le Waam comme l'intégration de tous les IBOZOO UU "passés, présents et futurs", ce que nous nous appelons "Moi*, maintenant" nous pouvons le représenter par un plan sur l'image S59-f32.
S59-f32.jpg (S59-f32) S59-f32.gif
Si MOI* ; je me trouve en un "point" P représenté par un IBOZOO UU avec son Tp (OAXOO) orienté verticalement, que se passera-t-il demain ?
"JE" serai en T'p (un autre IBOZOO UU) que j'appellerai futur.
(*) En disant MOI, nous ne nous référons pas à un OEMII (Personne) composé de trillions d'IBOZOO UU, mais à une sousparticule élémentaire de mon organisme : un proton par exemple.

Pas de simultanéité de temps

Lettre D59-3
Mais que se passe-t-il sur le plan de "MOI MAINTENANT" pour un autre point éloigné de moi par une distance d, c'est-à-dire une chaîne d'IBOZOO UU ? Tout simplement que l'orientation de son (OAXOO) Tu (axe du temps) sera différent.
On ne peux donc pas dire qu'il y a simultanéité de TEMPS. On ne peux donc pas dire par exemple "MAINTENANT" se produit telle chose sur la planète VENUS car un tel concept de simultanéité n'a pas de sens (et TOUT cela pour un même cadre de référence).

Flux d'événements

Lettre D105-2
(1973) Vous savez bien que pour un Oemii dont le processus de formation implique un degré élevé de complexité neurocorticale, le temps apparaît comme la sensation consciente d'un flux d'événements dont la flèche est définie par la comparaison de deux événements quelconques, pris comme référence. Nos mécanismes mentaux, en opposant ces états là, évaluent consciemment-inconsciemment le fait que l'un d'eux soit toujours plus complexe en informations accumulées que l'autre. De cette façon nous fixons la flèche du temps.

L'incrément informatif

Lettre D105-2
Observez que toute la mesure du TEMPS s'est circonscrite à constater des niveaux différents d'information. En un instant donné, la montre observée ou le pouls contrôlé suppose la comptabilisation d'un nombre déterminé de révolutions d'un engrenage ou d'enregistrement du nombre d'impulsions cardioïdes de pompage pour le plasma sanguin. Ce que vous appelez "un instant après" c'est observer une augmentation d'information, représentée par un nouveau nombre de tours du moteur ou par des impulsions nerveuses activant les fibres musculaires du cœur.

Dit d'une autre façon : la richesse ou l'incrément informatif c'est LE TEMPS, non LA FONCTION DE TEMPS COMME LE PENSENT QUELQUES THÉORICIENS DE LA TERRE.

N'importe quelle physique qui prétend mesurer une grandeur qui a son tour soit FONCTION du TEMPS, est en réalité en train de mesurer UNE FONCTION D'INFORMATION. Un chronométreur qui prétend avoir évalué la vitesse à laquelle se déplace un JET dans l'espace, en réalité n'a pas mesuré plus qu'une distance et simultanément, lui-même s'est complexifié, il a enrichi l'information contenue dans les bases du registre mnésique de sa mémoire neurocorticale, et par conséquent (comme nous l'expliquerons plus loin) il a enrichi la masse d'informations contenue dans le BUUAUEE BIAEEII (Esprit du Réseau Social).

Dit d'une autre manière : l'intervalle de temps, représenté par une chaîne d'IBOZOO UU, inaccessible par les instruments de l'OEMII scientifique, subit une rotation de ses axes et en vient à se convertir en une augmentation d'information qui enrichit le système biologique "néguentropique" (réseau des êtres vivants).

Il importe peu que le chronométreur meure et avec lui disparaisse l'enregistrement codé au niveau moléculaire de cette information contenue dans son neuroencéphale. Le BUUAUEE BIAEII maintient indélébile le contenu informatif.

(Nous utiliserons un exemple grossier : il n'importera pas qu'une symphonie de Beethoven, enregistrée sur une bande de mylar avec une émulsion magnétique soit détruite, si la symphonie est gravée dans les esprits des millions d'auditeurs.) Mais l'exemple, nous répétons, est grossier : Mais si l'enregistrement n'avait pas été écouté (par personne), si ce n'est par le microphone d'un magnétophone de la TERRE, l'information serait détruite quand se produirait la combustion de la bande.

Intervalle de temps comme une référence d'un cadre tridimensionnel

Lettre D105-2
Quels moyens physiques nous permettront de prendre conscience que nous rencontrons un autre cadre tridimensionnel ? Un seul suffit :

En l'absence de perturbation de masse, apprécier un intervalle de temps : (le fait que nous concevions la prise de conscience du temps comme augmentation d'INFORMATION fera comprendre encore mieux notre affirmation). Cet intervalle de temps est celui qui s'écoule quand se déplace un IBOAYAA OOU (ce que vous dénommez "quanton énergétique") sur une distance étalon.

Cet intervalle sera différent dans chaque WAAM (COSMOS).

Univers avec l'intervalle de temps nul (WAAM AIOOIEDOO)

Lettre D105-2
[...] nous savons qu'il existe un WAAM (inaccessible par des moyens techniques) dans lequel un hypothétique OEMII qui pourrait se déplacer en son sein (hypothèse complètement absurde) mesurera cet intervalle de temps comme NUL.

Observez que nous nous définissons l'intervalle de TEMPS (NON PHYSIQUE) comme une grandeur discrète définie par deux IBOZOO UU. De sorte qu'il n'y a pas de sens métaphysique de faire référence à un intervalle de temps nul, comme il serait absurde de faire référence à une distance nulle. Puisque dans l'un ou l'autre cas, les intervalles minimums de temps et d'espace sont des quantités définies, quand on les évalue avec un étalon, comme non nulles.

Et cependant (contradiction insurmontable avec les bases logiques binaires) il existe un WAAM dans lequel la vitesse de la lumière, en l'absence de perturbation de masse, sera infinie. Dans ce cosmos tout ce réseau d'IBOZOO UU s'est réduit à un seul IBOZOO UU, autre absurdité apparente si nous le transposons à notre cadre tridimensionnel, dans lequel un seul IBOZOO UU isolé n'a pas de signification physique.

Et cependant ce WAAM, analysé d'une façon simpliste, paraîtrait d'une simplicité déconcertante. Que peut représenter un seul IBOZOO UU isolé ? Il possède une importante transcendantale pour nous les OEMII de différentes provenances galactiques.
Ce WAAM est "composant" physique de l'âme
Lettre D105-2
[...] un tel WAAM est transcendant pour nous les humains. En effet : nos processus télépathiques : l'information contenue dans le BUUAUAA (ÂME) et dans le BIAEYEE IUEOO DOO (Esprit du RÉSEAU SOCIAL) ne seraient pas possible sans son existence. C'est à lui que nous faisions référence, quant nous vous parlions antérieurement de "composant" physique de l'âme.

Le BUUAUAA lui-même ne peut encoder l'information. Il est adimensionnel. "IL N'EXISTE PAS DANS L'ESPACE NI DANS LE TEMPS". Les théologiens de la Terre ont commis une erreur quand ils ont considéré que l'ÂME, selon la conception animiste qui les inspire, peut "connaître" ce que le corps réalise. Elle entraîne la contradiction que l'âme serait capable d'accumuler de L'INFORMATION et en même temps d'ÊTRE INDIVISIBLE.

Dans le WAAM que nous mentionnons, vous pouvez considérer que la VITESSE DE LA LUMIÈRE, mesurée en son sein, est INFINIE. Bien que précisément dans ce cosmos le concept de VITESSE de la LUMIÈRE manque de signification, comme il serait aussi faux de définir en lui un quanton de longueur ou une mesure d'énergie. Cependant il possède des caractéristiques qui justement le définissent :

Il est capable d'accumuler de L'INFORMATION.
Le flux d'information se réalise dans un temps NUL.
L'augmentation de L'INFORMATION n'a pas de signification (Δt).

Temps pour les êtres vivants et les choses inertes

Processus d'addition (néguentropie) pour les êtres vivants : temps —> masse

Lettre D105-1
Pour les êtres vivants l'écoulement du TEMPS ne signifie pas autre chose qu'une "conversion" d'un RÉSEAU d'IBOZOO UU potentiellement liés à eux, comme GRANDEUR TEMPS en autres GRANDEURS (telles que CHAMP GRAVITATIONNEL, CHAMP MAGNÉTIQUE, CHAMP ÉLECTROSTATIQUE, LONGUEUR et MASSE). En employant une comparaison grossière mais didactique, vous pourriez traduire ceci par le fait que les ÊTRES VIVANTS "s'alimentent" du TEMPS écoulé, le "digérant" et transformant, grâce à un curieux mécanisme métabolique, le TEMPS en MASSE et autres "sous-produits". Nous observons ici un processus d'ADDITION.

Dégradation (entropie) pour les entités non vivantes : masse —> énergie —> temps

Lettre D105-1
Au contraire, les entités AAIODII IOWAA (Entités inertes comme vous diriez) tels que des molécules d'argon, un aérolithe, ou un faisceau de micro-ondes, se caractérisent en ce qu'ils dégradent leur propre complexité. Ce que les physiciens de la TERRE ont déjà observé quand ils définissent les lois de la thermodynamique et formulent des concepts tels que L'ENTROPIE et DÉGRADATION THERMIQUE de l'UNIVERS ont une signification un peu différente pour nous. Les entités non vivantes se caractérisent parce que leur propre RÉSEAU d'IBOZOO UU subit un lent processus de "rotation" dans ses "AXES". Les chaînes d'IBOZOO UU qui antérieurement possédaient des caractéristiques de masse se dégradent d'abord en énergie avec une longueur d'onde croissante et finalement en TEMPS.

Voir aussi