Démographie

De UMMO WIKI
Aller à : navigation, rechercher
Lettre D41-2
La planification de la construction d'habitats se déroule en tenant compte de l'accroissement démographique naturel de la population de Ummo et il n'est pas nécessaire d'indiquer que les chiffres de maisons libres couvrent amplement les besoins. De plus le problème est facile à résoudre si vous tenez compte de l'accroissement de la population, de 3,6 pour cent tous les douze ans UMMO (Équivalent à 2,64 ans terrestres) (de nos jours)
"3,6 pour cent tous les douze ans UMMO" => 1,36% par année terrestre
"(Équivalent à 2,64 ans terrestres)" => Erreur probable du dactylographe : il s'agit de 2,54 et non 2,64
Lettre NR-18

... Cette île fortement urbanisée abrite nos centres législatifs et religieux. Elle regroupe plus de 200 millions d'habitants, soit environ 8% de notre population globale (voir note ci-après).

Note 1 : Notre accroissement démographique avait été augmenté depuis plusieurs douzaines de XEE pour rajeunir notre population et pouvoir atteindre le nombre idéal de 6.12 8 (2.58 milliards) habitants à l'entrée de notre 4 ème âge (voir note 2). Nous appliquerons désormais un taux de natalité moyen de 60/1728 tous les 12 XEE pour maintenir notre population à ce niveau, ce qui équivaut environ pour vous à un taux annuel de 13,7 °/°°.

MORTALITE et LONGEVITE : La stabilité démographique est désormais la règle sur OUMMO. Ceci revient à établir un équilibre strict entre les naissances et les décès. Ramené à une année terrestre, le taux de mortalité sur OUMMO atteint 13,7 ‰ .

Nos techniques médicales nous permettent de compenser les dégénérescences physiologiques liées à la vieillesse. Nos anciens ne souffrent pas des problèmes osseux, cardiovasculaires ou des formes de cancer qui sont endémiques sur OYAGAA. Toutefois, nous souffrons dans notre vieillesse d'une dégénérescence cérébrale que nous ne savons ni ne voulons éviter. Cette dégénérescence ôte peu à peu à nos anciens toute faculté d'émission par voie télépathique. La transmission orale n'étant plus possible du fait de la sclérose totale des cordes vocales, ils sont condamnés au silence. La dégénérescence se poursuit jusqu'à disparition totale de toute faculté de réception télépathique. Cette disparition de toutes les facultés naturelles de communication s'accompagne d'une lente et inexorable détérioration des capacités mnésiques. Ceci se traduit, pour nos anciens, par une perte progressive d'autonomie qui porte une atteinte inacceptable à l'intégrité de l'OEMII et au sentiment de respect personnel que vous appelez dignité.

(............ environ 3/4 de ligne effacée par P. M. ...........................) . Si la vie se résumait au maintien autonome des fonctions végétatives, notre longévité saurait alors excéder les 140 ans terrestres. Toutefois si on exclut les décès accidentels, la mort sur OUMMO est un acte volontaire qui se produit - sauf exception - entre 432 XEE et 575 XEE (de 91 à 121 ans terrestres).


L'altricialité définit le degré et la vitesse de maturation d'un cerveau animal au cours de l'ontogenèse qui décrit le développement progressif d'un organisme depuis sa conception jusqu'à sa forme mûre. L'être humain, est caractérisé par une altricialité secondaire1, c'est-à-dire qu'il est incompétent à la naissance et que son cerveau subit une croissance plus importante que le reste de l'organisme.


L'aménorrhée est l'absence des règles ou menstruation. Le plus souvent, la grossesse en est la cause.
Les craniosynostoses sont des pathologies en rapport avec une soudure prématurée d'une ou plusieurs sutures crâniennes. Cette pathologie commence au cours de la vie du fœtus.
Chez l'être humain, on considère que le stade fœtal débute à la fin de la 8e semaine de la grossesse
Lettre NR-22
PRECISIONS SUR NOTRE DEMOGRAPHIE :

Je tiens à compléter ma réponse à votre question concernant notre démographie. J'ai initialement omis de mentionner l'information concernant le taux de mortinatalité, ce terme apparaissant ambigu au niveau de sa définition dans vos différentes littératures. Je ne peux vous fournir, faute de données à disposition dans nos cubes d'information sur Terre, le nombre de fœtus qui décèdent avant et après les 22e et 28e semaine d'aménorrhée ou en fonction de leur masse au moment de l'arrêt de la grossesse. Une translation serait par ailleurs nécessaire pour établir l'équivalence entre les développements comparés d'un fœtus sur OUMMO et sur Terre, bien que l'on puisse en première approximation les confondre. Cependant, il s'avère que l'information concernant le taux de mortalité fœtale est indispensable à la bonne interprétation de mon précédent rapport.

Notre démographie comptabilise en effet, et contrairement à vous, la population fœtale in utero. Il me faut donc préciser que le taux global de mortalité - taux annuel indiqué de 13,7 ‰ - inclut en composante le taux très élevé de mortalité fœtale intra utérine. La mortalité post-néonatale en est également une composante non négligeable. Elle est due quant à elle, en presque totalité, à une mauvaise adaptation neurocrânienne causée par une crâniosynostose précoce durant la phase d'altricialité secondaire. La compression cérébrale, les œdèmes, les accidents ischémiques et la nécrose corticale qui en résultent entraînent une mortalité importante durant les dix premiers XEE, avec une prédominance très marquée chez les jeunes mâles - 79,1% des cas. Cette mortalité, actuellement jugulée, serait beaucoup plus importante si nous n'appliquions pas des mesures orthocrâniennes drastiques qui nous permettent de maintenir actuellement le nombre total de nos jeunes autour de 59,32 millions d'individus dans chaque tranche d'âges de douze XEE à partir de douze XEE (deux ans et six mois environ). Ce nombre serait relevé à 59,84 millions d'individus sans cette cause de mortalité. La longue période d'ossification des fontanelles chez vos nourrissons est une grande chance pour votre évolution future.

Je vous prie de considérer les chiffres démographiques idéaux suivants :

7,465 millions de conceptions sont actuellement autorisées et observées en moyenne chaque XEE. La conception est confirmée par l'ordinateur domestique lorsque la phase d'implantation de l'œuf dans la muqueuse utérine est finalisée au terme de 4000 OUIW - 6,7 jours OUMMO, 8,6 jours terrestres. La grossesse est alors annoncée au couple et officiellement recensée au niveau de nos statistiques démographiques mais non encore de façon nominative. La grossesse se poursuivra alors durant 3,6 XEE. Le stade fœtal est atteint sur OUMMO 0,6 XEE après la conception - 36 jours OUMMO, 46 jours terrestres. Le sexe du futur enfant est révélé aux parents. Son identité et sa filiation sont alors inscrites de façon officielle dans les cubes de données qui recensent nominativement notre population.

4,987 millions de nourrissons naissent en moyenne chaque XEE, ce qui implique une mortalité globale in utero égale à 33,2%. L'accouchement, moins douloureux pour nous que pour les femmes terriennes, est provoqué au 216e jour OUMMO (278e jour terrestre) si la délivrance ne s'effectue pas auparavant de façon spontanée. La masse du nourrisson à la naissance dépasse généralement les 4 kilogrammes.

4,943 millions de ces nourrissons survivent au-delà de 10 XEE, stade au-delà duquel la mortalité accidentelle est quasiment nulle.

Analyse de Manuel R.

Les lettres NR18 et NR22 nous expliquent un peu la démographie oummaine.

NR18 : « Notre accroissement démographique avait été augmenté depuis plusieurs douzaines de XEE pour rajeunir notre population et pouvoir atteindre le nombre idéal de 6.128 (2.58 milliards) habitants à l'entrée de notre 4 ème âge (voir note 2). Nous appliquerons désormais un taux de natalité moyen de 60/1728 tous les 12 XEE pour maintenir notre population à ce niveau, ce qui équivaut environ pour vous à un taux annuel de 13,7 °/°°. »

On voit qu’une fois atteinte la population idéale (6.128 = 2.58 milliards) ils appliquent désormais un taux de mortinatalité de 60/1728 tous les 12 XEE. Je parle de « mortinatalité » et non de natalité (comme dans la lettre) car il est évident que les taux de natalité et de mortalité doivent être égaux dans une situation de stabilité démographique. Chaque année (ou chaque 12 XEE) le nombre des nouveaux nés doit être égal au nombre des décédés.

Ils nous disent que 60/1728 chaque 12 XEE est égal à 13,7 °/°° annuel.

On sait qu’un XEE = 0.212 ans terrestres.

Alors 60/1728 chaque 12 XEE = (60/1728) / (12*0,212) = 0,01364867 = 13,7 °/°° annuel. Correct.

Mais ce pourcentage est anormalement élevé.

Dans cette même lettre NR18 il est dit :

« Si la vie se résumait au maintien autonome des fonctions végétatives, notre longévité saurait alors excéder les 140 ans terrestres. Toutefois si on exclut les décès accidentels, la mort sur OUMMO est un acte volontaire qui se produit - sauf exception - entre 432 XEE et 575 XEE (de 91 à 121 ans terrestres). »

S’il n’y avait des décès avant les 432 XEE (91 ans) ce serait incompatible avec ce taux de mortalité de 1,37 %. Effectivement si on fait des calculs 100/1,37 = 72,99 ans. On voit que si tout le monde vivait jusqu’au terme, pour atteindre ce taux de natalité, tout le monde devrait mourir à l’âge de 72,99 ans. Évidement si on admet une forte mortalité (maladies, accidents, etc.) le long des années on pourrait admettre ce taux de natalité avec l’affirmation de que les oummains meurent volontairement entre 91 et 121 ans.

Ce problème, cette incongruité, avait créé assez des controverses sur la liste ummo-sciences lors la publication de cette lettre.

Quelques années plus tard, Pierre Martin avait décidé de rendre publique la lettre codée NR22. Là elle venait la solution à nos questions.

NR22 : « Je tiens à compléter ma réponse à votre question concernant notre démographie. J'ai initialement omis de mentionner l'information concernant le taux de mortinatalité, ce terme apparaissant ambigu au niveau de sa définition dans vos différentes littératures. Je ne peux vous fournir, faute de données à disposition dans nos cubes d'information sur Terre, le nombre de fœtus qui décèdent avant et après les 22ème et 28ème semaine d'aménorrhée ou en fonction de leur masse au moment de l'arrêt de la grossesse. Une translation serait par ailleurs nécessaire pour établir l'équivalence entre les développements comparés d'un fœtus sur OUMMO et sur Terre, bien que l'on puisse en première approximation les confondre. Cependant, il s'avère que l'information concernant le taux de mortalité fœtale est indispensable à la bonne interprétation de mon précédent rapport.
Notre démographie comptabilise en effet, et contrairement à vous, la population fœtale in utero. Il me faut donc préciser que le taux global de mortalité - taux annuel indiqué de 13,7 ‰ - inclut en composante le taux très élevé de mortalité fœtale intra utérine. La mortalité post-néonatale en est également une composante non négligeable. Elle est due quant à elle, en presque totalité, à une mauvaise adaptation neurocrânienne causée par une crâniosynostose précoce durant la phase d'altricialité secondaire. La compression cérébrale, les œdèmes, les accidents ischémiques et la nécrose corticale qui en résultent entraînent une mortalité importante durant les dix premiers XEE, avec une prédominance très marquée chez les jeunes mâles - 79,1% des cas. Cette mortalité, actuellement jugulée, serait beaucoup plus importante si nous n'appliquions pas des mesures orthocrâniennes drastiques qui nous permettent de maintenir actuellement le nombre total de nos jeunes autour de 59,32 millions d'individus dans chaque tranche d'âges de douze XEE à partir de douze XEE (deux ans et six mois environ). Ce nombre serait relevé à 59,84 millions d'individus sans cette cause de mortalité. La longue période d'ossification des fontanelles chez vos nourrissons est une grande chance pour votre évolution future.  Je vous prie de considérer les chiffres démographiques idéaux suivants : 7,465 millions de conceptions sont actuellement autorisées et observées en moyenne chaque XEE. La conception est confirmée par l'ordinateur domestique lorsque la phase d'implantation de l'œuf dans la muqueuse utérine est finalisée au terme de 4000 OUIW - 6,7 jours OUMMO, 8,6 jours terrestres. La grossesse est alors annoncée au couple et officiellement recensée au niveau de nos statistiques démographiques mais non encore de façon nominative. La grossesse se poursuivra alors durant 3,6 XEE. Le stade fœtal est atteint sur OUMMO 0,6 XEE après la conception - 36 jours OUMMO, 46 jours terrestres. Le sexe du futur enfant est révélé aux parents. Son identité et sa filiation sont alors inscrites de façon officielle dans les cubes de données qui recensent nominativement notre population.
4,987 millions de nourrissons naissent en moyenne chaque XEE, ce qui implique une mortalité globale in utero égale à 33,2%. L'accouchement, moins douloureux pour nous que pour les femmes terriennes, est provoqué au 216ème jour OUMMO (278ème jour terrestre) si la délivrance ne s'effectue pas auparavant de façon spontanée. La masse du nourrisson à la naissance dépasse généralement les 4 kilogrammes.
4,943 millions de ces nourrissons survivent au-delà de 10 XEE, stade au-delà duquel la mortalité accidentelle est quasiment nulle. »  

Maintenant, si nous prenons en compte :

1 - la mort sur OUMMO est un acte volontaire qui se produit - sauf exception - entre 432 XEE et 575 XEE

2 - Il me faut donc préciser que le taux global de mortalité - taux annuel indiqué de 13,7 ‰ - inclut en composante le taux très élevé de mortalité fœtale intra utérine. La mortalité post-néonatale en est également une composante non négligeable Nous devrions imaginer une pyramide des âges avec un profil un peu comme ça :

- Une base de la « pyramide » où la population diminue rapidement en passant de « 7,465 millions de conceptions » à l’instant 0 a « 4,987 millions de nourrissons », suivi d’une décroissance mineure pour passer de ce nombre de nourrissons a « 4,943 millions de ces nourrissons »

- Un corps central du type rectangulaire. Pour chaque tranche d’âge il y a pareil nombre de personnes et ça pour des âges entre 10 XEE et 432 XEE [… survivent au-delà de 10 XEE, stade au-delà duquel la mortalité accidentelle est quasiment nulle]

- Un sommet où la population entre 432 et 575 XEE diminue progressivement de 4,943 millions (chiffre de stabilité pour chaque tranche de 12 XEE).

Avec tout ça j’ai construit un tableur Excel.

Pour la base :

Demo1.png


1- On voit que je place 7,465 millions conçus à la cellule en bas / droite.

2-Pour chaque XEE (0,212 ans terrestres) je place un taux de mortalité de 33,2 % jusqu’au 3,6 XEE où naissent 4,987 millions de nourrissons.

3- A partir du XEE 3,7 et jusqu’au 10ième XEE la mort des nourrissons continu, mais le taux est mineur que dans l’étape « in utero ».

4- A partir du 10ième XEE la population par XEE se stabilise avec un nombre de 4,943 millions pour XEE ce qui veut dire 59,320 millions d’oummains pour chaque 12 XEE.


Maintenant et pour ce qui est de la base du corps central (la partie « rectangulaire » de la pyramide d’âges) :

Demo2.png

1- On voit que chaque 12 XEE sont conçus 89,580 millions de fœtus (7,465 par 12)

2- A l’âge de 12 XEE ils arrivent 4,943 millions d’enfants chaque XEE, c’est-à-dire il y aura 59,320 millions d’enfants entre 12 et 24 XEE.

3- Étant donné le taux nul de morts entre 12 XEE et 420 XEE, nous trouverons 59,320 millions d’oummains pour chaque tranche de 12 XEE.


Pour ce qu’est du sommet, j’ai attribué un taux de mortalité arbitraire, mais croissant, pour chaque tranche de 12 XEE pour arriver a que toute la population disparaisse en arrivant a 576 XEE.

Demo3.png

Comme vous le verrez, j’ai essayé (voir colonne de droite) que le nombre de décés soit plus grande vers les âges intermédiaires 492 – 540 XEE.


Mais en plus, pour expliquer les conceptions, les nouveaux nés, il faut prendre en compte les mariages, le droit de procréation.

NR18 : « PROCRÉATION : La procréation est prohibée en dehors de l'OMGEEYIE (couple matrimonial) - prononcez "omghéèyié ". Ce mot renferme en lui la notion implicite de couple librement consenti et légalement constitué, composé de deux OEMMII de sexe différents et d'âges compatibles. Nous autorisons une différence d'âge maximale de 35 XEE si l'époux est plus âgé que l'épouse et de 23 XEE dans le cas contraire. L'OMGEEYIE est autorisé à partir du moment où les deux conjoints sont physiquement aptes à la procréation.
CONTRÔLE ET PLANIFICATION DES NAISSANCES : Chaque OMGEEYIE dispose du droit/devoir indéfectible de procréation d'un premier enfant dont il a l'entière liberté de planifier la naissance. A partir du moment de la naissance du premier enfant il devra prendre les mesures nécessaires pour éviter toute imprégnation susceptible d'entraîner une seconde conception (voir Note 7). La procréation d'un second enfant doit faire l'objet d'une demande motivée et recevoir une autorisation de la part du IWOONA OUIWAAGOO (groupe de planification des naissances). En général, cette demande est acceptée si le premier enfant a déjà atteint un niveau OUNNIOBIEWIA (développement intellectuel et psychomoteur) suffisant pour lui permettre une autonomie d'apprentissage par les moyens domestiques mis à sa disposition dans l'OU·OULODAXAABII (chambre audiovisuelle) où il doit faire des exercices quotidiens. Ce niveau est généralement atteint entre 7,6 et 8,5 ans terrestres.
Note 7 : Les mesures contraceptives par régulation hormonale sont fort rarement employées sur OUMMO et nous n'avons pas d'équivalent de vos préservatifs masculins ou dispositifs intra-utérins. Le contrôle se fait par la connaissance parfaite du cycle d'ovulation de chaque YIE au moyen des systèmes de surveillance domestique intégrés dans le XANMOO (ordinateur et systèmes périphériques) privé du XAABII (maison circulaire) du couple. Ces données sont strictement privées et le SANMOO AYOUBAA (réseau informatique global) n'en a connaissance qu'au travers d'une diffusion régulière et anonyme à des fins purement statistiques.
La procréation du troisième enfant est désormais déconseillée. Il est rare qu'un OMGEEYIE en fasse lui-même la demande. Le centre éducatif ONAWO WOUA, relayé par le ministre religieux AO·OUIA·OEMII du couple, peut cependant faire la proposition à un OMGEEYIE dont les deux autres enfants ont démontré des aptitudes exceptionnelles qui confirment l'excellente complémentarité génétique des parents. Un troisième enfant est éventuellement accepté si les deux premiers sont des OU·OUYIIE (filles). Un quatrième enfant n'est plus autorisé.
MORTALITE et LONGEVITE : La stabilité démographique est désormais la règle sur OUMMO. Ceci revient à établir un équilibre strict entre les naissances et les décès. Ramené à une année terrestre, le taux de mortalité sur OUMMO atteint 13,7 °/°° . »

Avec tout ça j’ai ajouté une autre colonne au tableur pour simuler la formation des couples sur OUMMO ainsi que le rythme des procréations.

Demo4.png

J’ai signalé en rouge la distribution de la production des conceptions autorisées sur OUMMO et en bas à droite vous verrez qu’avec les taux (arbitrairement) assignés on obtient un nombre de 89,580 conceptions pour chaque 12 XEE.

Ce chiffre de 89,580 conceptions chaque 12 XEE, est égal au nombre des décès sur OUMMO chaque 12 XEE, ce qui revient à une stabilité démographique de 2,579 890 milliards d’oummains.

Pour finir, dans la colonne à droite vous trouverez une itération faite à partir des conceptions en provenance des colonnes de droite. La colonne de droite est égale à la colonne centrale. Stabilité démographique.

Demo5.png


Télécharger en pdf le calcul de Manuel R. sur http://www.ummo-sciences.org/es/DEMOGRAFIA.pdf