AIUUBAHAYII

De UMMO WIKI
(Redirigé depuis AIUUBAAYI)
Aller à : navigation, rechercher

AIUUBAHAYII (êtres vivants; organismes vivants), réseau d'entités dont l'entropie est négative, auto-reproductibles et qui contiennent en leur sein une information codée au niveau biomoléculaire (D731).

Autres orthographes

  • AIUUBAHAYII (être vivant) || D731
  • AIUUBAHAYII - Réseau de particules matérielles capables d'enrichir son information interne au niveau biochimique aux dépens de l'information extérieure (être vivant) || D731
  • AIUUBAHAYII (Réseau d'êtres vivants, ou ÊTRE vivant) || D731
  • AIUUBAHAYII (un réseau D'IBOZSOO UHU, capable de s'autoreproduire et d'enrichir son information interne au niveau biochimique et aux dépens de l'information extérieure... notre définition d'un ORGANISME VIVANT) || D731
  • AIUUBAAYI (structure des réseaux d'êtres vivants) || D731

Citations

Lettre D731

Nous définissons un AIUUBAHAYII comme un réseau d'Ibozsoo UHU, capable de s'autoreproduire et d'enrichir son information interne au niveau biochimique et aux dépens de l'information extérieure. Ceci est notre définition d'un ORGANISME VIVANT.

L'AIUUBAHAYII (être vivant) se caractérise parce que son entropie est négative (néguentropie comme vous dites). Il augmente son niveau interne d'information, l'extrayant par l'intermédiaire de flux afférents de données, en provenance d'un milieu externe (le WAAM lui-même (l'Univers)).

Normalement, les AIUUBAHAYII (A.) ou organismes vivants, s'implantent sur les astres froids, c'est-à-dire sur les planètes ou les étoiles froides dont la température superficielle est suffisamment basse pour maintenir l'eau en phase liquide (ou solidifiée) (à t° > 250° kelvin (-23°C) ou t°<116°C, selon la pression atmosphérique. A l'intérieur de ces conditions, sans arriver aux limites extrêmes citées, on trouve OYAAUMMO et OYAAGAA (TERRE).

Quand l'OYAAplanète possède une température "moyenne" extrême comme celles citées précédemment, le développement des êtres vivants est embryonnaire et ils ne sont pas capables d'évoluer vers des OEMMIII (humains). Il s'agit d'êtres peu complexes capables de refroidir leur milieu interne aux dépens de l'énergie biochimique, de façon à ce qu'en leur sein l'eau reste en phase liquide (astres chauds), ou de fournir de l'énergie thermique quand le milieu est trop froid pour obtenir la phase liquide convoitée. Bien que dans quelques Univers nous ayons détecté des formes semblables aux vivantes avec néguentropie et une certaine capacité de reproduction, non basées sur des structures carbonées (avec comme élément central le germanium et le silicium), les véritables A. (organismes vivants) fondent leur structure biochimique sur des composés carbonés hydrogénés. Les êtres apparemment vivants de composition fluorocarbonée et chlorocarbonée sont rares et incapables d'évoluer vers des formes complexes. Dans tous les WAAM, les lois biologiques se répètent. La base d'information moléculaire se fonde pour toutes sur des séquences de nucléotides et d'aminoacides. Ceci est un phénomène universel. Par contre, n'en est pas un le code génétique, c'est-à-dire la forme par laquelle les acides nucléiques sont capables de se répliquer en séquences polypeptidiques (séquences d'aminoacides).

N'est pas non plus universel le type d'orientation des chaînes protéiniques hélicoïdes.

(Note U: Hélicoïdales et autres formes "estereocarbonados" (isomères))

Dans certains réseaux biologiques planétaires les formes dextrogyres prédominent et dans d'autres, les lévogyres.

Normalement l'évolution des êtres vivants sur un astre froid subit un processus de multiplication de phylums ou d'espèces distinctes dont le réseau est arborescent.

S731-f3

(S731-f3 photocopie couleur extrait du document d'origine dont les légendes ont été traduites) (UUDIE BIEE, Oemi, Oemii, oyaa)

Les premiers spécimens, c'est-à-dire les A. les plus simples, sont très semblables sur n'importe quelle Planète. Ainsi un viroïde ou un virus encapsulé dans un réseau protéïnique est peu différent sur OYAUMMO d'un autre similaire sur OYAAGAATerre. Les chaînes d'ARN ou d'ADN codent les caractéristiques qui serviront à la réplication du spécimen.

En principe, une série d'agents (parfois biochimiques, parfois des radiations énergétiques, par exemple), peuvent modifier le message codé. Vous connaissez le phénomène sous le nom de mutation.

La réplication des protéines suppose une configuration (A. = ORGANISME VIVANT) avec une structure spatiotemporelle qui lui permette d'affronter le milieu physique. Mais le milieu ambiant est hostile. Le réseau d' " Ibozsoo uhu" externe lui apporte des données (information) qui lui permettent d'enrichir (s'il a une complexité suffisante) son information interne, mais cet environnement l'agresse, il lui est étranger, il tend à le détruire s'il manque de défenses suffisantes. C'est ce que vous appelez l'AGRESSION DU MILIEU. Si l'A. n'est pas préparé, il périt. Si sa structure physiologique est résistante, il survit (vous nommez ceci SÉLECTION DU MILIEU). Si dans les SAAXADOO (chaînes nucléïques), il ne se produit pas de mutation parce que, comme il arrive sur certains Astres froids, l'encapsulement métallique et la protection biochimique est très résistant, l'espèce se perpétue pendant des millions d'années, mais il ne se produit aucune évolution. Les espèces inférieures "gèlent" et ne se convertiront jamais en OEMMII.

Chaque chaîne séquence de nucléotides capable de répliquer une protéine reçoit dans notre phonétique le nom d'IGOHOAA (gène). Jusqu'ici, de telles lois sont parfaitement connues de vos frères généticiens et nous confirmons leur validité sur les autres OYAA (astres).

.../...

AYUBAAYII : Nous avons déjà dit que c'est un être vivant, mais sur Ummo ce phonème représente beaucoup plus. Sa signification exacte serait :

AYUUBAAYII : réseau d'entités dont l'entropie est négative, autoreproductibles et qui contiennent en leur sein une information codée au niveau biomoléculaire.

AYUUBAAYII est par exemple un animal supérieur, comme l'OEMMIIhumain lui-même, mais aussi une colonie de virus, un groupe de fourmis (c'est-à-dire son espèce), l'association d'un parasite avec son hôte, un groupe de personnes humaines, ou l'ensemble total des êtres vivants qui peuplent un astre froid. C'est-à-dire que l'AYUUBAAYII est mathématiquement "l'ensemble" mais aussi n'importe quel "sous-ensemble".

Mais, ce qui caractérise réellement l'AYUUBAAYII ce n'est pas d'être un simple agrégat d'êtres vivants, mais que ce réseau soit dirigé, modulé, guidé par le WAAM S731-s1 (UNIVERS DE MASSE INFINIE ET DE RAYON CONSTANT).

L'évolution d'un réseau d'êtres vivants sur une planète froide ou une étoile froide n'est pas régie par les simples lois du hasard. Les organismes envoient des données au sujet de l'environnement au WAAM S731-s1. Celui-ci traite ces données et RÉPOND en envoyant des signaux (des patrons de comportement) pour l'évolution. Ce processus, nous l'appellerons en terrien en utilisant un néologisme: ORTHOGENÈSE.

Ainsi un AYAUUBAAI comme l'OEMIIcorps est un agglomérat de cellules en unités histologiques qui constituent les organes et les structures de soutien, mais le RÉSEAU est supervisé dans sa structure; par S731-s1 dont nous parlerons plus extensivement.