Suaire de Turin

De UMMO WIKI
Aller à : navigation, rechercher

Voir les lettres D488, D499, D505, D518, D792-2 et tweets O6 ainsi que de OAY

Ainsi que l'analyse 5

Petit résumé

On a cru comprendre, par le tweet qui suit, que Benoît XVI n’avait pas pour le moment raconté au Pape François la fraude commise sur le Suaire.

OAY-120.png


Traduction tweet 120 d'OAY à propos de Benoît XVI "Toutes ses paroles non prononcées, les actes qu'il a laissés cachés, resteront dans la vie après la mort son fardeau éternel."

Plus tôt OAY avait aimé quelques tweets qui nous mettaient de plus en plus sur cette piste. En fait une personne du groupe GR1 avait demandé, en privé, à OAY de liker n’importe quel touite relié au Suaire au cas il serait en train de nous encourager pour répéter cette requête sur le Suaire.

Par la suite OAY avait, dans une rapide suite, liké ces deux touites 1. Sur Lier et 2. Sur l’église de St. Gummarus en Lier où elle est gardée un tableau à l'échelle 1/3 du Suaire datant de 1516, avant l’incendie qui endommagea le Suaire.

____________________________________________________________________


Pourquoi est ce si important pour l’humanité, pour notre évolution future, de connaître la réalité sur le Suaire ?

Jésus de Nazareth a été enveloppé dans un suaire à la descente de sa croix. Ce suaire a été conservé “religieusement” jusqu’au début du 20ème siècle. A cette époque, nos connaissances de biologie ont permis de différencier une tache sang écoulé d’une tache par coagulation . L’examen de certaines taches de sang sur ce suaire a montré que la personne qui a saigné (Jésus) n’était pas décédée lors de son enveloppement, ni dans les jours qui ont suivi. Le suaire de cette époque (original pour la suite) porte donc la preuve scientifique de la fausseté de la Résurrection, elle-même base de la foi chrétienne. Ce que les lettres oummaines (ils ont exprimé qu’ils préfèrent cette appellation en français) nous ont apporté, c’est la connaissance de l’évidence scientifique, et que l’Eglise, face au fait, a procédé en secret (en 1929) au remplacement del’original par une copie qui ne comporte plus ces traces fondamentales.

Selon nos amis oummains, le pape Benoit XVI serait au courant des tenants et aboutissants, comme l’a été Jean-Paul II. Ce secret est donc une immense trahison de la VERITE. Cette copie ne peut pas avoir été faite sur un tissage de l’époque, d’où les enjeux de datation.

Si on lit les lettres D488, D499, D505, D518, on apprend que (selon les oummains) quand Secondo Pia avait photographié pour la première fois, en 1898, le Suaire il avait découvert dans le négatif de la photo l’empreinte très détaillé d’un homme crucifié. Mais ce qui avait le plus alarmé les autorités catholiques qui suivaient le cours de cette première session photographique, ce fut l’existence de sang non coagulée sur le suaire.

Lettre D505
 : « Les membres de la Curie furent surpris; Jusqu’alors on le considérait comme un faux et par conséquent dévalorisé, et ils exigèrent une information exhaustive. Ce fut précisément votre frère biologiste Paul Vignon qui découvrit le mystérieux effet sur le tissus. Les vapeurs ammoniacales réagissent avec l’aloètine (ne pas oublier que le OEMMIWOA éTAIT BADIGEONNé D’ALOéS COMME ONGUENT CURATIF), générant une production de couleur jaune et un certain degré de viscosité qui tacha le tissu.

Ce fut le docteur Vignon qui mit en garde les quelques responsables quand eut lieu la découverte grandiose ! Le sang du " cadavre " était " frais " ! En différentes occasions il y eut des expertises similaires, Yves Delage et d’autres biologistes se relayèrent pour confirmer sa thèse. Comment est-il possible qu’elle ne soit pas prise en compte? De même Barbet s’étonna. Le sang coagulé ne laisse pas de traces durables et les spécialistes le savent. En outre, ne figurent pas sur le cadavre les marques de bandage correspondant à un cadavre, point qui a été " oublié ".

Se met alors en marche une opération pour "éliminer" des preuves avec le secret dessein de " découvrir l’imposture " dans le cas où l’affaire serait rendue publique. C’est une décision très grave. La présence de sang DÉMONTE D’UN COUP LES PRÉMISSES QUI FONDENT LE CATHOLICISME (le sang non coagulé) .

Il est nécessaire d’insister : l’hypothèse du Dr Vignon (Docteur en Sciences Naturelles) est correcte (Vaporographie) jointe à celle du Dr. René Colson (Médecin, membre de l’Académie des Sciences de Paris). C’est ce que tous les experts attestent depuis que, en 1532 le cardinal Louis Gorrevad l’a examiné à fond et est parvenu à la même conclusion. »

Pourquoi serait-il si important pour nous de découvrir que Jésus n’est pas mort sur la croix?

Toutes les « églises » chrétiennes avaient fondé leur autorité, leur primatie et capacité de manipulation des consciences des fidèles, sur une série de faits extraordinaires, des miracles, qui décoraient les enseignements de Jésus d’un aura « surnaturel ». Entre ces faits miraculeux, il y avait un qui était la clé de voûte. C’était un fait qui « démontrerait » que Jésus était le « Fil de Dieu ». Jésus il était mort sur la croix et de ce fait étaient témoins ses disciples. Puis Il aurait ressuscité, recommencé ses enseignements pour à la fin, devant une grande multitude, disparaître.

Ce grand mystère, la crucifixion et la mort, puis sa résurrection, aurait été utilisé par l’Eglise (plus tard toutes les religions chrétiennes) pour fonder leurs institutions. Si ces miracles, ce GRAND MIRACLE de la RÉSURRECTION, s’avéraient faux, qu’est qu’il resterait de ces institutions ?