Planètes habitées

De UMMO WIKI
Aller à : navigation, rechercher

Transcription d'un courriel de Manuel R. sur la liste de discussion (09/03/2017)

Pour ce qu'est des donnés sur le nombre des planètes habités par des OEMMII, la phrase exacte est: GR1-10: "UNE VIE, VOTRE vie, et celle de n’importe quel OEMMII du WAAM WAAM est ESSENTIELLE pour BUUUAWAA LAAEEDOO EESEE UUAALOO. Réfléchissez (nous autres savons, Mr. Manuel, que VOUS avez fait l’exercice), à Votre importance relative sur (*) planètes – possiblement – habitées par des OEMMII _ estimation opérante actuelle de nos physiciens_ et multipliez-la par une moyenne de OEEMMII par planète. Cela vous donnera une idée approximative du nombre de BUUAWAA existants "aujourd’hui et maintenant" - nous vous demandons pardon pour l’absurde chronotopographique – dans le WAAM WAAM,"

Alors ce nombre serait l'estimation des planètes habités a ce moment déterminé par des OEMMII, pas dans notre WAAM, mais dans le WAAM WAAM (en admettant cet absurde chronotopographique de supposer que "ce moment déterminé" peut s’étendre a tout notre Univers et (encore plus absurde) a l'ensemble des WAAM dans le WAAM WAAM.

Quand on manie ce genre des chiffres , on doit prendre de temps pour imager la grandeur. Ce n'est pas évident a première vue. Il faut travailler un peu la dessus pour prendre le vertige de ces chiffres. C'est facile d'écrire , , .... Mais les quantités exprimés par ces chiffres sont absurdement différentes.

Par exemple. Le nombre estimé d'atomes dans l'Univers Observable est de .

Il parait évident que si ce nombre exprime le nombre total d'atomes dans notre univers (notre WAAM) le nombre de planètes sera beaucoup plus faible, et encore le nombre des potentiels planètes habités par des OEMMII dans notre WAAM sera beaucoup, beaucoup, beaucoup plus petit, probablement de l'ordre de planètes habités (approximativement: galaxies × 1,2 millions de planètes habités par galaxie)

Par contre si on va de l'autre coté on doit penser que si nous imaginons un Univers des Univers formé par univers comme le notre nous aurons un nombre de planètes habitées: .

On voit que cette chiffre () continu à être insignifiant face au chiffre donné ( planètes habitées). En fait ce que nous dit ce chiffre des planètes habitées, est que le nombre des WAAM où on peut trouver de la vie OEMMII est de: WAAM habités.

Il faut faire le tour des chiffres pour commencer a avoir une idée (vague toujours, car ces chiffres nous échappent) de la grandeur incommensurable du WAAM WAAM.

Si en plus on ajoute cette phrase de la GR1-10 qui finalise le paragraphe précédent: "...le WAAM WAAM, qui, ASSUMEZ-LE UNE FOIS POUR TOUTES, N’A NI DEBUT NI FIN".

Un temps infini, sans début ni fin, avec toujours un WAAM WAAM "infesté" des planètes habitées, chacune plein d'OEMMI

Rappelez pour finir ces phrases de la GR1-4:

Lettre GR-4
Quand WOA, "conçoit" la AAIIOODII, il conçoit au sein de celle-ci, comme une réalité possible de plus (jointe aux astres, gaz, OEMMII, animaux, quasars, etc...) DES BUAWAA INFINIES (WOAIXIIBUAA) "NECESSAIRES ET POSSIBLES", dans la structure du WAAM WAAM. Cette conception est, par hypothèse archétypique, c’est-à-dire que chaque BUAWAA représente une nature dynamique et autoconsciente NÉCESSAIRE (ceci est très important) pour le devenir éternel du Cosmos, et EST EN MÊME TEMPS DIFFERENTE DE CHACUNE DES AUTRES, comme s’il s’agissait des briques (semblables mais toutes différentes entre elles) d’un immense édifice, et pour l’érection duquel, toutes, bien que différentes, s’avèrent nécessaires et doivent être placées de manière orthoplastique

.../...

Dit d’une autre manière, chaque BUAWAA a une identité propre et nécessaire, représente un PATRON nécessaire pour l’évolution du WAAM dans le temps (pensez à, par exemple, un temps didactiquement comparable à 10^22 années de OYAGAA, puisque le concept d’éternité ou de temps infini vous échapperait intellectuellement. Cela seulement pour notre WAAM, le nombre pour le WAAM WAAM est de nouveau inimaginable) et cette identité attendue pour le WAAM est précisément ce que Vous, XXXXX, appelleriez mon "moi idéal". Quand OEMMII naît et dévie de UAA, il va en s’éloignant en plus ou moins grande mesure de ce "moi idéal" et de ce fait il va en prenant de la distance avec les plans de WOA pour le WAM WAAM. Pour mieux comprendre le processus, que nous tenons pour scientifique (bien qu’en forme d’hypothèse) n’oubliez pas que BUAWAA réside dans un WAAM de vitesse de la lumière et masse égales à zéro, ni n’oubliez que cet Univers a été créé en dernière instance par la "volonté" de WOA, qui a créé une quantité tendant à l’infini de modèles de conduite (âmes) exemplaires et statistiques, en les dotant, à travers l’Univers BB et la masse imaginaire, de la possibilité de se matérialiser à travers de OEMMII. La liberté et le hasard – ces deux éléments indispensables – restent garantis, même si WOA (pour lui pour qui le temps EST information) "sait" comment va opérer le hasard, par exemple, et bien que ça va vous surprendre, WOA sait que le spermatozoïde va se joindre en quel lieu du Cosmos, avec quel ovule, au moins dans les WAAM, comme le vôtre et le nôtre, dans ceux pour lesquels la reproduction de nombreux êtres vivants s’effectue de cette manière - MAIS N’INTERVIENT PAS NI DIRECTEMENT NI INDIRECTEMENT DANS LE PROCESSUS ; A LA SEULE EXCEPTION DE LA CONCEPTION DES OEMMIIWOA-. C’est-à-dire XXXXX que Vous, une fois reconformé continuerez à être Vous – les autres BUAWAA vous reconnaîtront comme tel, vous continuerez à avoir votre identité et votre "personnalité" mais en même temps vous serez aussi un "MOI amélioré" RECONFORMÉ EN ACCORD AVEC LE PATRON IDEAL PENSÉ PAR WOA POUR VOUS.. et vous serez aussi "les autres", sans perdre l’identité qui est la vôtre au sein de BUAWAA BIIAEII, (cette idée n’est pas encore comparable au TOUT tel que Vous le nommez dans votre Philosophie ou Théologie). Nous nous référions à cela lorsque nous disions à un de Vos frères que dans le BB on est totalement libre –même d’"être soi-même" -, mais la connaissance lente des UAA, dédoublent ce MOI en un être identique à lui-même idéal et dans le même temps MIS EN COHESION dans une mesure maximale avec l’ensemble qui l’englobe.